12 septembre, Nincafé, nuit

La poésie éclate les silences derrière les choses. Les mots s’empilent sous les nuages de la détermination. Parler implique un détachement de la langue en cristaux de sel. Écoute la sueur des arbres, elle tombe à point.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s