11 septembre, Brûlerie St-Roch, jour

le matin entre deux villes
un oiseau passe sur l’autoroute

le temps est au sommeil félin
ce que l’orage est aux avions

ce n’est plus l’heure des réparations
du ciel en éclats de poussière

j’embrasse tes lèvres singulières
ton film muet

partis avec les enfants bruyants
nous n’avons plus de mains

il faut des parcs
des herbes sans seringues

rappelle-moi la douceur
de nos égarements passagers

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s